L’e-réputation pour le crowdfunding

Rating: 4.8. From 5 votes.
Please wait...

Avant la révolution numérique, la gestion de la notoriété ne concernait réellement que les marques et les personnalités publiques.

Mais aujourd’hui, les discussions ne se cantonnent plus à la machine à café et ce qui se dit sur une personne ou une entreprise dépasse largement son cercle privé.

En réalité les internautes se googlisent les uns les autres et ce qu’ils découvrent influencent autant leurs relations sociales que professionnelles ou commerciales.

De nos jours nous sommes tous concernés.

Par exemple une étude a démontré que 12 % des américains avaient déjà subi un préjudice à cause d’une e-réputation négative : perte d’emploi, perte de logement ou encore refus de crédit, d’inscription universitaire ou de souscription d’assurance santé…

Pour le crowdfunding c’est pareil : vous aurez beau vanter vos incroyables qualités, cela ne vaut pas grand-chose par rapport à ce que les autres disent de vous !

Je vous ai déjà expliqué, entres-autres, comment utiliser les réseaux sociaux pour le crowdfunding. Il est temps de regarder les autres composantes de la réputation numérique…

Faire bonne figure sur Google

Le rapport qu’entretiennent Google et les internautes est profond : plus de 9 recherches Internet sur 10 sont faites au travers du numéro un mondial.

Et pour les autres ? Que des miettes : si tout le monde connait Yahoo, Bing ou encore Baidu, pas grand monde ne les utilise…

Les deux premiers se voient confier une recherche sur 40 et le dernier quasiment une sur 100 !

Après, pas grande monde, c’est relatif : sur Baidu cela fait quand même dans les 30 millions de requêtes quotidiennes ! Mais bon, on ne va pas se mentir, de nos jours c’est Google en premier et les autres n’existent pas vraiment.

Alors mettez-vous un peu à la place de l’internaute qui entend parler de vous pour la première fois… son premier réflexe ? Vous googlelisez ! Et parfois, il faut bien avouer que ce qu’il va découvrir risque bien fort de le dégouter de vous suivre.

Notamment les critiques consommateurs négatives dont la découverte va tout simplement ruiner vos efforts pour inspirer confiance aux internautes.

Je rencontre très souvent des managers, y compris dans les secteurs sensibles de l’hôtellerie-restauration, qui prennent leur réputation en ligne par-dessus la jambe.

C’est totalement inconscient !

Une ancien directeur marketing du groupe Pierre & Vacances révélait par exemple qu’un avis négatif sur TripAdvisor coutait 10 000 euros de chiffre d’affaire ! Ça fait mal…

Et là vous vous dites que vous, Google ne sait même pas qui vous êtes alors vous êtes tranquille de côté-là !

En fait, pas vraiment…

Aujourd’hui, il est en général impensable d’être invisible en ligne (et donc sur Google) mais il est évidemment I-M-P-O-S-S-I-B-L-E de songer à demander une contribution financière aux internautes dans ces conditions !

En réalité vous ne devez pas simplement éviter les informations négatives sur Google, vous devez faire la promotion active des informations positives. Vous devez être visible !

L’objet de mon blog n’est pas de vous apprendre le référencement : c’est une science à part entière et, surtout, un métier.

Idéalement : faites-vous aider par un professionnel.

Mais si vous voulez progresser sur le sujet, je vous conseille de vous procurer le livre « Référencement, e-marketing et visibilité web : 30 pratiques pour décideurs et webmasters » de Fred Colantonio.

C’est un excellent ouvrage qui vous apprendra tout ce que vous avez à savoir sans pour autant vous noyer dans les informations inutiles. En tous cas, moi, il m’a appris énormément 😉

Quel que soit la façon dont vous vous y prendrez : vous ne pouvez pas vous permettre d’être invisible pour les moteurs de recherches…

Séduire la presse en ligne

Pour préparer votre campagne, vous  allez communiquer et fédérer vos futurs contributeurs parfois quasiment les uns après les autres.

Pourtant ce serait quand même plus facile si vous pouviez communiquer auprès d’une large audience quitte à n’en convertir qu’une petite proportion non ? Et par large audience, je veux dire une audience XXL…

Et sur le net, pour toucher une audience XXL, il n’y a qu’une seule solution acceptable : être mis en avant par un site de presse en ligne.

Pour donner un ordre d’idée prenons l’exemple du site www.lemonde.fr, équivalent numérique du célèbre quotidien national.

Est-ce que vous avez une idée du nombre de visite mensuelle sur un site comme celui-ci ? Ben je vais vous le dire : 100 millions.

Vous avez bien lu : chaque mois le site www.lemonde.fr est visité environ 100 millions de fois !

Prenez bien conscience que le site d’une startup avec une certaine notoriété mettra plus de 1000 ans avant d’être visité autant que le site www.lemonde.fr en un seul malheureux petit mois…

Donc si vous voulez concentrer la promotion de votre campagne sur votre propre site plutôt que de profiter de l’exposition que d’autres peuvent vous apporter : ça vous regarde.

Et c’est que vous n’êtes franchement pas pressé…

Bon j’ai choisi l’exemple du 17ème site le plus visité France (733ème au monde) mais, quel que soit la taille et l’importance de votre entreprise ou projet, vous trouverez toujours un site de presse en ligne plus fréquenté que le vôtre et susceptible de parler de vous.

Encore faut-il comprendre les attentes des blogueurs et de la presse en général pour réussir à capteur leur attention

Je vois beaucoup de porteurs de projet publier un communiquer de presse (payé parfois très cher) et se dire que cela va suffire à attirer la presse.

Vous pensez réellement être le seul à vouloir capter l’attention de la presse ? Les journalistes reçoivent des centaines et des centaines de mails par jour !

Alors comment faire pour se démarquer ? Comment intéresser cet étrange animal qu’est le journaliste ?

Et bien comme n’importe quel animal, il suffit de le nourrir… et ça manque quoi un journaliste ? De l’information !!!

Parce que, sur tous les mails qu’il reçoit, il n’y en aura qu’une infime poignée qui contient de la véritable info.

Oh bien sûr, pour vous, annoncer le lancement de votre campagne, ça vous parait être un véritable évènement. Mais, vu que ses lecteurs s’en tapent probablement, lui aussi il s’en tape.

Vous vouliez de la publicité gratuite ? Vous n’en aurez pas.Alors que faut-il lui donner ? Et bien par exemple :

  • vous organisez un évènement de lancement
  • une personne très connue soutient votre campagne
  • vous développez un produit ou un service réellement innovant
  • ..

Bref : vous avez une vraie actualité (quitte à en créer une) et elle est réellement intéressante.

Pour évaluer si l’information est pertinente ou pas, posez-vous la question suivante : est-ce que je serais content de l’apprendre même si je ne vous connais pas et que vous ne m’intéressez pas du tout.

Je vous donne un exemple… Vous vous rappelez de la crise Findus et viande de cheval ?

Des semaines durant, j’ai lu de nombreux articles et suivi des reportages autant à la radio qu’à la télévision.

Pourtant je suis végétalien : je ne mange ni cheval ni poisson. Je n’en ai donc pas grand-chose à faire de ce qu’il se passe chez Findus. Mais cela ne m’a pas empêché de m’intéresser à cette information.

Pourquoi ? Parce qu’elle est intéressante par nature…

Et ce n’est pas tout…

Vous avez soigné votre apparence sur Google ? Vous avez réussi à gratter quelques passages presse de qualité ? C’est très bien et vous pouvez être fier de vous. Mais c’est encore insuffisant….

En réalité les sources d’e-réputation sont très nombreuses :

  • Les moteurs de recherches
  • les blogs et la presse en ligne
  • les forums
  • les réseaux sociaux
  • les sites d’avis de consommateurs
  • les sites de partages de vidéo
  • les systèmes de commentaires (ex : Disqus)
  • les newsgroups
  • les wiki

Bref : partout où les internautes peuvent s’exprimer d’eux-mêmes !

D’ailleurs les média physiques sont eux-mêmes une source d’e-réputation… remember l’exemple Findus qui a commencé dans la presse traditionnelle avant de prendre des proportions incontrôlables sur le web !

Ne vous contentez pas du on-line et assurez-vous d’être présent au niveau de toutes les sources d’e-réputation.

Rating: 4.8. From 5 votes.
Please wait...

Ces autres articles vont aussi vous interesser :